La maison d’Erik Satie bientôt réhabilitée

arcueil3cheminees

Pendant les travaux en 2013
Pendant les travaux en 2013

C’est un immeuble de 32 logements mais on l’appelle « la maison aux quatre cheminées ». Au 34 de la rue Cauchy, à Arcueil, ce bâtiment vétuste s’apprête à connaître une profonde réhabilitation (voire encadré). Un immeuble comme tant d’autres s’il n’avait été, pendant près de trente ans, l’antre de l’illustre musicien Erik Satie Lorsqu’il arrive, en 1898, dans ce quartier ouvrier, le pianiste a déjà composé ses premières « Ogives », ses « Gymnopédies » et ses « Gnossiennes » qui l’ont rendu célèbre. Pourtant, à 32 ans, Erik Satie est pauvre et n’a plus les moyens de vivre à Montmartre. Le studio qu’il choisit dans l’immeuble de la rue Cauchy, précédemment occupé par un clochard, ne comporte ni eau ni éclairage. Il s’est beaucoup investi pour les enfants D’abord taciturne, voire méprisant à l’égard des populations qui l’entourent, Erik Satie finit par s’investir dans la vie de la commune. Il participe à la création de la société historique, les Amis du vieil Arcueil, tient la rubrique des associations dans le journal socialiste « l’Avenir d’Arcueil-Cachan » et lance même une association pour les habitants qui partagent ses origines normandes. Mais son principal engagement sera pour les enfants. Il aide ainsi à la fondation du patronage laïc, qu’il anime à partir de 1908. Il y crée différents ateliers, souvent en rapport avec la musique. Il meurt et sera enterré à Arcueil début juillet 1925. Sa tombe est encore un lieu de pèlerinage pour ses admirateurs. A la mort du musicien, lorsqu’ils pénétrèrent dans son studio (auquel Satie refusait l’accès à quiconque), ses amis prennent conscience du grand dénuement dans lequel il vécut. Sur les façades grisâtres du bâtiment, une plaque rappelle le passage de ce célèbre locataire. Après avoir racheté les lieux, la Ville a récemment revendu l’immeuble à l’office public de l’habitat implanté sur les villes d’Arcueil et de Gentilly. Ce dernier « va le réhabiliter pour y loger prioritairement des locataires de la barre HU du quartier du Chaperon-Vert qui va être détruite dans deux ans », précise la mairie d’Arcueil. Ces relogements rentrent donc dans le cadre de l’opération de rénovation urbaine (ORU) du Chaperon-Vert (1600 logements), quartier situé entre les villes d’Arcueil et de Gentilly. Le programme de la rue Cauchy devrait être livré à l’horizon début 2013. Le Parisien : Christine MATEUS | 18.10.2011 Lire aussi : La maison d’Erik Satie

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.