Satie Virtuel 2020

 

 

 

 

 

Comme chaque année depuis 2016, pour célébrer le 154e anniversaire de la naissance d’Erik Satie avec l’association Parade, Culture à Arcueil et Anis Gras-le lieu de l’autre, organisent un moment de partage musical autour de l’œuvre du compositeur arcueillais.
Musiciens, poètes, comédiens, amateurs que professionnels, sont invités à participer à ce moment convivial et artistique lors d’une grande séance d’improvisation organisée pour l’occasion.
Cette année, nous vous proposons de nous retrouver en ligne, dimanche à partir de 9h sur la page facebook de Culture à Arcueil pour souffler les bougies.
Au cours de la journée, vous découvrirez des documents d’archives et inédits choisis par l’équipe. Au programme : une rétrospective du 150e anniversaire, des morceaux de Satie interprétés par la pianiste portugaise Joana Gama, des archives de l’INA ou de France Inter, des anecdotes, un extrait d’un ballet de l’opéra de Paris, et bien d’autres posts encore. Et à 20h30, Konstantin Bogino et Miomira Vitas clôtureront la journée par un concert spécialement concocté pour ce Bœuf satien en ligne :

https://www.facebook.com/events/902525723520563/

Satie et le jazz, par Pierre Jourde

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a longtemps que je m’intéresse aux écrits de Satie (réunis par Ornella Volta chez Gérard Lebovici en 1977) et aux étranges indications d’exécution qu’il notait sur ses partitions. J’avais consulté celles-ci à la bibliothèque nationale, en vue d’une conférence que j’ai donnée au Musée d’Orsay, et de l’ouvrage que j’ai publié sur l’incongru chez Corti, notion dont Satie semble l’incarnation, dans sa vie et ses textes.

Erik Satie est l’un des tous premiers musiciens, en France, sinon le premier, à s’être intéressé au jazz dès sa naissance, durant la première guerre mondiale. En 1904 il avait composé « Le Piccadilly », premier ragtime écrit en Europe (mais son plus célèbre ragtime est le Ragtime du paquebot de Parade, en 1917 ). Debussy le suivra avec « Golliwogg’s cake walk » et « Le Petit nègre » (on peut considérer que le ragtime est le père du jazz). Les premiers concerts de jazz en France ont été donnés, à partir de 1917, par des orchestres composés de soldats noirs : James Tim Brymn et ses Black Devils, Will Vodery, Jim Europe et les Hellfighters, etc.

Lire la suiteSatie et le jazz, par Pierre Jourde

Disparition de Reinbert de Leeuw

 

 

 

 

 

 

 

Chef d’orchestre, pianiste et compositeur néerlandais, Reinbert de Leeuw nous a quitté ce 14 février à l’âge de 81 ans. Comme chef d’orchestre ou pianiste il se consacre surtout à la musique contemporaine, on lui doit de nombreux enregistrements de Satie et notamment l’intégrale pour Piano et le premier enregistrement de Socrate. On remarque également une interprétation des Gnossiennes et Gymnopédies plus lente offrant une douceur et une sensibilité remarquable que beaucoup apprécient.

 

Lire la suiteDisparition de Reinbert de Leeuw