Théatre : Dix morceaux en forme de noix de coco

«Moi-même j’aime le monde le grand monde et même le demi-monde étant personnellement une sorte de demi-mondain». Grand maître de l’humour, Érik Satie nous fait, au cours de sa vie demi-mondaine, rencontrer de multiples personnages hauts en couleur.

Avec, par ordre d’apparition dans cette promenade au pays de la fantaisie…

  • Germaine Michu (1864-1939) qui a été concierge d’abord à côté Chat Noir au 84, boulevard Rochechouard et puis au 34 de la rue Cauchy, à Arcueil, où elle finira sa vie le balai à la main.
  • Rodolphe Salis (1851-1897). Il est le créateur, l’animateur, et le propriétaire du fameux cabaret montmartrois Le Chat Noir. Les ex-communards revenus du bagne et les artistes en tous genres s’y retrouvaient autour d’un verre dans ce quartier sulfureux où s’encanaillent les bourgeois.
  • Anastasie Censure (1850-) qui n’est toujours pas décédée, ses ciseaux sont toujours en action partout dans le monde.

Lire la suite

Théâtre : Erik Satie ou l’inconnu d’Arcueil

Quand on évoque ce compositeur, la plupart des gens vous citent les Gymnopédies, les faux cols, les parapluies, et sa « dinguerie » fantaisiste.
En fait, Satie a été le précurseur de la plupart des grands courants artistiques du 20e siècle : de l’impressionnisme au néo-classicisme, en passant par le dadaïsme, la musique atonale, le minimalisme et le théâtre de l’absurde. Il a initié ces mouvements sans avoir jamais adhéré à aucun d’entre eux.
Cet humble orgueilleux, a toujours pris soin de brouiller les pistes. Sa pudeur et son hypersensibilité l’ont amené à se créer un personnage, à s’entourer de mystère, et à se choisir, au milieu des humbles, une retraite dont il refusait l’accès à qui que ce soit. soucieux de ne jamais se répéter, il a obstinément cherché à débarrasser sa musique de tous les stéréotypes en vogue. Toujours plus de simplicité, telle fut sa quête, inlassablement.
Son honnêteté et son intransigeance lui firent dédaigner l’amour, l’argent et tous les compromis. Et s’il est dur d’être incompris de son vivant, la postérité lui a donné, et lui donnera, raison. c’est cette justice que nous voulons lui rendre.
Et, plus qu’une évocation biographique, notre création s’attache à restituer l’esprit du « pauvre musicien d’Arcueil », le style si particulier de ses écrits et son humour qui, chez lui, est vraiment la politesse du désespoir.
Erik Satie avait écrit : « le baron Méduse, c’est mon portrait, mon portrait en pied ». Notre pièce se voudrait, en hommage au « gymnopédiste », une peinture anarchique en trois dimensions, un hologramme cubiste de ce pré-dadaïste, dont on ne cessera jamais de pouvoir faire le tour. Et c’est tant mieux !
Jean O’Cottrell

Lire la suite