David Montague : Fin

Ecoutez d’abord :

N’est-ce pas charmant? Semble un peu flou? Dommage pour ça. Moments difficiles : Mes ressources économiques sont très limitées et du fait que la plupart de mes instruments (dont un violoncelle) ont été tragiquement volés avec mon matériel vidéo non primitif… Je devais jouer sur quelque chose. Et tout ce que j’avais était un violon. Maudits! Mais Satie avait des ressources économiques très limitées, et cela ne l’a jamais empêché d’explorer bravement le grand inconnu musical.

Solution sensée : se promener avec un marteau dans la poche … encore une fois, tout comme M. Satie, il est à la fois une source d’inspiration pratique et artistique!

Ok, c’est assez de ça. Il est temps d’être clément et d’arrêter de cracher ce français mal rédigé (encore une fois, pardon!) Mais j’espère que les gens apprécieront mes œuvres bien intentionnées de violon, de flûte, d’art et de science-fiction steam-punk. En tout état de cause, il s’agissait d’un petit essai plutôt cathartique.

Suite :

Lire la suiteDavid Montague : Fin

David Montague : Suite

Littérature et cinéma superbement inspirés par la soif d’un bon repas pour les artistes : et voici une histoire de science-fiction conviviale pour les familles, habillée par Satie, à la fois complexe et sensée, que j’imaginais simplement comme un scénario feint et ludique pour le plaisir (dans le style primitif de « vers 1910 »)  artistiquement amélioré avec un charmant microphone à court-circuit, à marteau-Jacques, et une sonnerie de téléphone portable classique et stratégiquement placée en l’honneur de nos temps modernes de plus en plus « intéressants ». Et beaucoup d’écureuils mignons! (On ne peut jamais avoir trop d’écureuils.) De plus, il comprend un homme intelligent qui joue du violon avec ses orteils …sans blague. Tout comme Satie, cela peut sembler à l’origine quelque peu éloigné du mur, mais c’est vraiment raisonnable et réaliste.

 

 

 

Suite :

Lire la suiteDavid Montague : Suite

David Montague : Amusez-vous avec la musique, la vie et l’époque de Satie !

En tant qu’artiste multidisciplinaire et musicien, j’ai admiré Satie et son œuvre rafraîchissante, charmante, dramatique et poignante pendant plusieurs années. Et puis, il y a environ un an, j’ai commencé à constituer un portefeuille de chaînes Youtube pour rendre hommage à ce musicien-compositeur-artiste génial, bien que parfois apparemment mal compris, parmi d’autres compositeurs et artistes de renom.

Je ne joue pas du piano, mais je suis assez bon avec les cordes, le violon, le violoncelle et certains instruments à vent, alors (juste pour le fun!), J’ai commencé à imaginer beaucoup de ses œuvres en duos pour violons et parfois vents.

La vraie joie de Satie (semblable à celle de Bach) est mieux vécue à travers la musique elle-même. Une chose que j’ai remarquée : les choix de hauteur non conventionnels de Satie se jouent mieux sur des cordes avec peu ou pas de vibrato, afin de ne pas nuire à la subtilité des intervalles.

 

Lire la suiteDavid Montague : Amusez-vous avec la musique, la vie et l’époque de Satie !

1888, Erik Satie compose ses « Gymnopédies »

Dans Musicopolis (France Musique), Anne-Charlotte Rémond retrace l’aventure des « Gymnopédies » d’Erik Satie. Plus de 20 ans séparent la date de la composition de la Gymnopédie n° 1 de son accès à la notoriété grâce à la création de l’œuvre au piano par un certain…Maurice Ravel !

gymnopedie1-300x123

Composées entre février et avril 1888, les Gymnopédies d’Erik Satie seront rapidement publiées mais ce n’est qu’en 1911 qu’elles deviendront célèbres.
C’est en 1896 qu’on pourra entendre la première audition des Gymnopédies dans une version orchestrale, grâce à Claude Debussy. Ami d’Erik Satie depuis quelques années, le compositeur, déjà un peu connu, notamment par l’exécution en concert du Prélude à l’après-midi d’un faune, réalise une orchestration de la première et de la troisième Gymnopédie.
On peut lire dans L’Echo de Paris du 23 février 1897, dans sa fameuse « Lettre de l’Ouvreuse », sous la plume acide du critique Henry Gauthier-Villars dit Willy :

« La Société Nationale nous a conviés à son 259ème concert, orchestre sous la direction du caustique Doret, concert qui, pour être d’une gaieté moins folle que le Pompier de service, ne m’en a pas moins intéressée…Quant aux « Gymnopédies », conçues par une andouille mystique, Debussy les a délicatement orchestrées, rendant fort admissible, du moins pendant les cinq minutes qu’elle dure, cette machinette dont le léger maboulisme centre-gauche ne rappelle guère la musique de scène composée par le même Erik Satie, ignare en ébullition, pour le péladanesque « Fils des Etoiles » ; j’ai pu voir le monstre lui-même, fâcheuse tête de potard obséquieux. »

Lire la suite1888, Erik Satie compose ses « Gymnopédies »

A écouter : Harmonies

 

Joana Gama aime Satie au point de célébrer au piano le 150ème anniversaire du compositeur avec une tournée dans plusieurs villes européennes.

Véritable ambassadrice d’Erik Satie au Portugal, Joana Gama enchaine aussitôt l’enregistrement de l’album « Harmonies » accompagnée de Luis Fernandes pour la partie électronique et Ricardo Jacinto au violoncelle.

Inspiré de l’univers de notre Gymnopédiste l’ambiance minimaliste et apocalyptique nous entraîne dans les ruines de la musique aux sonorités chaotiques, mais le piano de Joana Gama est toujours présent pour nous ramener vers la douceur et l’évocation d’Erik Satie, quelques notes surgissent et nous laissent plein de désespoirs agréables.

Rien de brutal, rien de trop surréaliste, les titres s’enchainent en forme d’Harmonies et d’hommage réussit. Belle curiosité. Une référence.

 

L’album : http://amzn.to/2js9001