La Discothèque idéale de France Musique :

Reinbert de Leeuw joue les Gymnopédies d’Erik Satie

Reinbert de Leeuw - Erik Satie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pianiste et chef d’orchestre hollandais Reinbert de Leeuw enregistre en 1995 les Gymnopédies et Gnossiennes d’Erik Satie, pour le label Philips. « D’une lenteur inhabituelle, son jeu projette une lumière sensible sur la singularité intemporelle de la musique d’Erik Satie », écrit François Bonnet.

« C’est le Satie silencieux et mystique [que Reinbert de Leeuw] recherche et entrevoit, celui qui s’éloigne d’une certaine musique du XIXème siècle, charmante et sensuelle, pour préfigurer une esthétique minimaliste qui ne verra le jour que des décennies plus tard. »
François Bonnet, dans La Discothèque idéale de France Musique, p. 171

 
https://amzn.to/350h9lt

 

 

2 réflexions au sujet de “La Discothèque idéale de France Musique :”

  1. Daphénéo quel est donc cet arbre ? Quelle est cette musique suspendue au bord du rien ? Quel est ce jeu de Reinbert de Leeuw ?
    Je suis comme Chrysaline, un timide questionneur qui ne détient pas la vérité et qui ne peut que la demander aux autres… Alors je vous le demande ! Quelle heure est-il ? Quel leurre est-il ?
    Apparemment, les choses ne commencent pas et ne finissent pas, le temps est suspendu dans ses accords répétitifs de mélodies lentes et envoûtantes ! C’est la musique des origines, disait Mme Ornella Volta !
    Quelle est cet avant-propos à l’introduction suivie d’une redite ?
    Dans ses gnossiennes, Satie est comme un gnou qui fait des siennes avec cette avant-dernière pensée…
    Avec Satie, tout est pénultième ! disait Vladimir Jankélévitch qui lui aussi avait horreur de la dernière fois. Rien est denier, tout est avant dernier, on est en pleine continuation, on ne commence pas par le commencement, on ne termine pas par la fin, on est toujours en chemin comme Charlot ou Mr Hulot sur les routes….
    Alors, merci André de nous emmener sur vos chemins…

    Répondre

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.