Ornella Volta : Une vie consacrée à Erik Satie

Ornella Volta nous a quitté à l’âge de 93 ans ce dimanche 16 aout au matin, elle qui durant une très grande partie de sa vie a étudier, travailler, écrit et mieux fait connaitre Erik Satie auprès du public. Sa longue histoire avec Satie commence par hasard dans les années 60, sa sœur lui demande de profiter d’un voyage à Paris pour lui apporter des informations sur un compositeur français qu’elle connait à peine, Erik Satie, et c’est là que la passion commence, elle consulte le peu d’ouvrage le concernant et quelques années plus tard elle décide de s’installer à Paris pour se consacrer entièrement au compositeur, elle rencontre ceux qui l’on connut, Pierre-Daniel Templier, le premier biographe, et aussi Georges Auric, Man Ray, René Clair, Henri Sauguet, Pierre Bertin et bien d’autres encore, elle réunit tout les documents le concernant, photos, articles, dessins, et aussi sa correspondance qu’elle publie dans l’ouvrage « Erik Satie, Correspondance presque complète » qui obtient le Prix du Jury du Prix des Muses en 2000. Elle publiera de nombreux ouvrages entièrement consacrés à Satie sur des sujets aussi pointus que ses dessins, la danse, tous ses écrits. Devenue Présidente de la Fondation Erik Satie, Ornella Volta ouvre à Montmartre le plus petit musée du monde « Le Placard » que Satie occupa quelques années, faute de subvention le musée ferme mais son travail continue, elle anime conférences, évènements, rassemble une quantité importante de documents qui seront ensuite déposés aux archives de l’IMEC, reconnue comme la biographe la plus importante de Satie, elle s’intéresse aussi aux domaines proches du compositeur, le mouvement DADA, le surréalisme, le groupe des Six pour lesquels elle est régulièrement consultée. Avant tout musicologue Ornella Volta a vraiment contribué à mieux faire connaitre et apprécié Erik Satie injustement mal aimé pendant bien des années. Jusqu’à la fin, elle a travaillé, corrigé avec acharnement malgré la fatigue pour terminer la nouvelle édition des « Ecrits » de Satie. Je l’ai vu rangé, classé, rassemblé, mettre en ordre une quantité de documents impressionnante, voulant être prête pour rejoindre paisiblement celui qu’elle a tant connu et aimé.

André SZEP

David Montague : Fin

Ecoutez d’abord :

N’est-ce pas charmant? Semble un peu flou? Dommage pour ça. Moments difficiles : Mes ressources économiques sont très limitées et du fait que la plupart de mes instruments (dont un violoncelle) ont été tragiquement volés avec mon matériel vidéo non primitif… Je devais jouer sur quelque chose. Et tout ce que j’avais était un violon. Maudits! Mais Satie avait des ressources économiques très limitées, et cela ne l’a jamais empêché d’explorer bravement le grand inconnu musical.

Solution sensée : se promener avec un marteau dans la poche … encore une fois, tout comme M. Satie, il est à la fois une source d’inspiration pratique et artistique!

Ok, c’est assez de ça. Il est temps d’être clément et d’arrêter de cracher ce français mal rédigé (encore une fois, pardon!) Mais j’espère que les gens apprécieront mes œuvres bien intentionnées de violon, de flûte, d’art et de science-fiction steam-punk. En tout état de cause, il s’agissait d’un petit essai plutôt cathartique.

Suite :

Lire la suiteDavid Montague : Fin