Ornella Volta : Une vie consacrée à Erik Satie

Ornella Volta nous a quitté à l’âge de 93 ans ce dimanche 16 aout au matin, elle qui durant une très grande partie de sa vie a étudier, travailler, écrit et mieux fait connaitre Erik Satie auprès du public. Sa longue histoire avec Satie commence par hasard dans les années 60, sa sœur lui demande de profiter d’un voyage à Paris pour lui apporter des informations sur un compositeur français qu’elle connait à peine, Erik Satie, et c’est là que la passion commence, elle consulte le peu d’ouvrage le concernant et quelques années plus tard elle décide de s’installer à Paris pour se consacrer entièrement au compositeur, elle rencontre ceux qui l’on connut, Pierre-Daniel Templier, le premier biographe, et aussi Georges Auric, Man Ray, René Clair, Henri Sauguet, Pierre Bertin et bien d’autres encore, elle réunit tout les documents le concernant, photos, articles, dessins, et aussi sa correspondance qu’elle publie dans l’ouvrage « Erik Satie, Correspondance presque complète » qui obtient le Prix du Jury du Prix des Muses en 2000. Elle publiera de nombreux ouvrages entièrement consacrés à Satie sur des sujets aussi pointus que ses dessins, la danse, tous ses écrits. Devenue Présidente de la Fondation Erik Satie, Ornella Volta ouvre à Montmartre le plus petit musée du monde « Le Placard » que Satie occupa quelques années, faute de subvention le musée ferme mais son travail continue, elle anime conférences, évènements, rassemble une quantité importante de documents qui seront ensuite déposés aux archives de l’IMEC, reconnue comme la biographe la plus importante de Satie, elle s’intéresse aussi aux domaines proches du compositeur, le mouvement DADA, le surréalisme, le groupe des Six pour lesquels elle est régulièrement consultée. Avant tout musicologue Ornella Volta a vraiment contribué à mieux faire connaitre et apprécié Erik Satie injustement mal aimé pendant bien des années. Jusqu’à la fin, elle a travaillé, corrigé avec acharnement malgré la fatigue pour terminer la nouvelle édition des « Ecrits » de Satie. Je l’ai vu rangé, classé, rassemblé, mettre en ordre une quantité de documents impressionnante, voulant être prête pour rejoindre paisiblement celui qu’elle a tant connu et aimé.

André SZEP

5 réflexions au sujet de “Ornella Volta : Une vie consacrée à Erik Satie”

  1. Quelle triste nouvelle … j’ai aimé nos nombreux échanges, ta générosité à partager tes documents et ton savoir pour mes albums (le plus souvent m’en donnant bien plus que je ne pouvais le rêver , l’espéré voir imaginer), nos moments à scruter à la loupe les manuscrits et photos pour en découvrir le moindre détail …
    Mais aussi nos longues conversations accompagnées de ton Calva favori que nous partagions avec des mélanges secs et salés …
    Nous étions peu nombreux à te dire au revoir dans cette toute petite pièce austère, sans photo, ni musique … il n’y avait même pas un clavier pour te jouer ces Vexations que tu aimais tant …

    Répondre
  2. J’ai correspondu avec Ornella Volta sans avoir pu la rencontrer lors de ces magnifiques journées du 150 ème anniversaire de la naissance de Satie à Arceuil en 2016, cela aurait été une belle rencontre entre nous qui sommes les héritiers et Ayants-Droit d’Erik Satie. C’est d’abord grâce à notre cousin pierre Joseph-Lafosse-Satie , petit fils d’Olga Satie et petit neveu d’Erik , qu’Ornella Volta a pu réaliser cette belle épopée et sans le soutien inconditionnel et financier de notre cousin rien n’aurait été possible pour la mémoire et la diffusion de son oeuvre. OUI, Erik Satie est toujours vivant.

    Répondre
    • En résumé : On vous doit tout. (Sont formidables ces héritiers). Arcueil et non Arceuil. Quel dommage de n’avoir pas pu rencontrer Mme Volta vous qui appréciez tant votre aïeul, si Satie est reconnu aujourd’hui c’est bien grâce à elle. Désolé de vous l’apprendre Erik Satie est bien mort.

      Répondre
  3. Je lis ces tristes nouvelles, et j’ai envie de dire combien ça me déplaît. J’ai connu Ornella au temps où je étais en train de finir ma licence en travaillant sur Erik Satie, à l’Université de Bologna (Italie). C’était la fin des années soixante-dix. Une amitié « satiste » est commencée alors, et on s’est revues le long des décennies suivantes, en occasion des manifestation sur Satie, ci et là, ou pendant mes quelques séjours à Paris. Sa maison, rue des Tournelles, était en lieu que j’aimais fréquenter, en prenant avec elle du thé et des biscuits. Ma chère Ornella, tu me manqueras beaucoup. Adieu!

    Répondre
    • Ne pas oublier Ornella Volta est l’occasion de rendre toujours présent dans nos Coeurs Mr Satie. J aurais souhaité la rencontrer pour partager avec elle la musique des origines et mes joies satiesques… mais je n’ai pas osé car je ne suis qu’un pâle admirateur, j’aime ainsi Erik avec une humble simplicité… alors en apprenant ce décès, je suis ce soir un triste, un mélancolique, un pleureur….

      Répondre

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.