Nuit Erik Satie : Nicolas Horvath – Intégrale de l’œuvre pour piano + marche

 

 

Coutumier des concerts de (très) longue haleine, le pianiste Nicolas Horvath nous entraîne jusqu’au bout de la Nuit blanche en égrenant savamment l’ensemble de la production pianistique d’Erik Satie : une expérience unique.

De toute évidence, Nicolas Horvath aime travailler sur (et dans) la durée. Ayant accompli un marathon de 24 heures à la Maison de la radio en 2015, il livre un concert de 11 heures à la Philharmonie de Paris, lors de la Nuit blanche 2016, pour donner à entendre l’intégrale des œuvres pour piano de Philip Glass. Deux ans après cette mémorable prestation, le jeune virtuose français relève un nouveau défi de taille en s’attaquant à toute la production pianistique d’Erik Satie. Des Danses gothiques aux Peccadilles importunes, de Désespoir agréable en Rêverie, des Gnossiennes aux Gymnopédies en passant par de nombreuses autres pièces, plus ou moins connues, il nous amène à redécouvrir dans un format hors normes un répertoire à nul autre pareil.
A la suite de cet événement unique, Nicolas Horvath rejoindra un Piano-Vélo préparé spécialement pour cet événement, et rejoindra le n°6 de la  Rue Cortot à Montmartre pour rendre un vibrant hommage au génial compositeur en partageant sa musique tout au long du chemin ! 

Le concert et la marche sont entièrement gratuit !

Nuit Erik Satie : Nicolas Horvath - Intégrale de l'œuvre pour piano d'Erik Satie en une nuit & Marche Hommage jusqu'à Montmartre sur Piano Vélo 

Concert : Samedi 6 octobre 2018 — 21h00 
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie : https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/concert/19560-nuit-erik-satie

MarcheDimanche 7 Octobre 2018 - juste à la fin de l'intégrale (approximativement 7 heures du matin, durée 2 heures)
direction : Rue Cortot à Montmartre 

1 réflexion au sujet de “Nuit Erik Satie : Nicolas Horvath – Intégrale de l’œuvre pour piano + marche”

  1. Quel plaisir de voir que d’autres prennent plaisir à jouer Vexations. Tout cela reste très présent dans ma mémoire et me rappelle tant de bons souvenirs. 34 ans déjà… A ce moment là j’avais eu l’occasion de travailler avec John Cage et c’est lui qui m’avait donné l’idée de jouer cette oeuvre seul et intégralement. Etant en concert par ailleurs je n’ai pu être présent en cette chère Philharmonie et je l’ai regretté. Bravo et merci Nicolas. Et bravo et merci Erik.

Laisser un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.